Ces écolos qui veulent domestiquer les rêves !

Publié le par Aulnay Populaire (93)

Ces écolos qui veulent domestiquer les rêves !

La maire verte de Poitiers, l'écologiste Léonore Moncond'huy a décidé de couper les subventions aux aéroclubs de la ville. Une décision motivée par la volonté affirmée de "protéger l’avenir des enfants". 

Parce qu’il est des rêves dont on doit préserver ?

Les écolos sont en train de mettre en place une secte. En effet, quand vous ne pensez pas comme eux vous êtes des parias !.

D'abord, le sapin de Noël, un temps interdit par le maire Vert de Bordeaux ; ensuite le Tour de France "macho et polluant" décrété indésirable par son homologue lyonnais, qui interdisait déjà le survol de "sa" ville aux avions de chasse de la Patrouille de France, on avait déjà les premiers signes, qu’on pensait maladroits, d’une volonté de purification sociétale des plus préoccupantes.

Les écolos veulent-ils rééduquer la rêverie enfantine ? 

Depuis que l’homme est homme, il n’a cessé de vouloir voler, s’affranchir de la pesanteur et danser comme les oiseaux dans le ciel quitte à se brûler les ailes. Ce droit de rêver, est sans doute parmi les premiers des Droits de l'humanité…Parions que les Français écouteront encore moins les pourchasseurs de songes qui prétendent rééduquer la rêverie enfantine, car nos pensées rationnelles ou irrationnelles ne se résument pas à une servitude dont il faudrait être libéré par des pensées sectaires. 

La prétention stalinienne à la rééducation spirituelle prépare le terrain à tous les excès. On notera d’ailleurs qu’il faut une "sacrée" défiance envers le progrès pour ne pas pouvoir imaginer que, demain, des avions verts assureront le transport aérien.

Ce n’est pas pour tout de suite ? Sans doute. Mais "Solar Impulse", l’avion solaire, a déjà fait le tour du monde. Le futur se vit et se rêve dès aujourd’hui. Et s’il doit tenir compte de la limitation des besoins et de la finitude de la nature, c’est à prendre comme un nouveau défi à surmonter, non pas comme une régression à subir. Encore moins comme une mortification imposée.

La curiosité des espaces infinis ainsi que des êtres d’ailleurs nous poussera toujours à aller plus loin, plus haut. A lire Saint-Exupéry. A regarder Y- a-t-il un pilote dans l’avion ?, Harry Potter sur son ballai à faire des cabrioles dans le ciel... A s’émerveiller devant les plans du premier aéroplane de Léonard de Vinci. Ou à effeuiller en apesanteur Les Fleurs du mal de Baudelaire "Envole toi bien loin de ces miasmes morbides Va te purifier dans l’air supérieur Et bois comme une pure et divine liqueur Le feu clair qui remplit les espaces limpides". 

Pour être vraiment "terre à terre", il faut en fait prendre de la hauteur, un envol au-delà des pesanteurs, c’est ainsi que s’écrit l’Histoire. Dans le ciel où l’on puise et projette ses songes et ses rêves.

Aulnay Populaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article