Une enquête ouverte après des menaces et propos racistes contre le maire, Ali Rabeh

Publié le par Aulnay Populaire (93)

Capture d'écran vidéo Youtube de TV78 - La chaîne des YvelinesCapture d'écran vidéo Youtube de TV78 - La chaîne des Yvelines
Capture d'écran vidéo Youtube de TV78 - La chaîne des Yvelines

Capture d'écran vidéo Youtube de TV78 - La chaîne des Yvelines

Ali Rabeh, maire de Trappes, qui s'est opposé aux propos d'un professeur de philosophie sur "la progression d’une emprise communautaire" dans la ville, a confié vendredi être à son tour menacé.

Une enquête a été ouverte pour des menaces de mort à l'encontre a indiqué le parquet de Versailles à l'AFP, samedi 13 février. Elle a été confiée à la police judiciaire des Yvelines.

Le maire Génération.s de Trappes a confirmé qu'il faisait désormais l'objet d'une protection policière. Il bénéficiait déjà d'une surveillance depuis une semaine. Depuis la polémique autour des propos de l'enseignant, Ali Rabeh explique être la cible de nombreuses insultes racistes et menaces de mort qui l'ont amené à déposer plainte au commissariat.

Le parcours d’Ali Rabeh

Ali Rabeh est de nationalité française et a grandi avec un père ouvrier travaillant chez le constructeur automobile Peugeot et une mère au foyer. Ces parents ont quitté le Maroc dans les années 60 afin de rejoindre la France.

Son engagement politique est né en 2002 lorsqu’il a vu que Jean-Marie Le Pen était au second tour des élections présidentielles. A cette époque là, âgé de 17 ans, il ne pouvait pas voter pour faire entendre sa voix. Il a donc décidé, comme de nombreux français, de manifester son mécontentement à Paris. Pour rappel, en 2002, plus d’un million de personnes s’étaient déplacées dans la capitale pour dire « NON » à l’ancien responsable du Front National.

C’est ensuite dans son université alors qu’il est dans un master de sciences politiques qu’il prend la décision de s’engager politiquement. Il a commencé à l’UNEF, un syndicat étudiant socialiste. Il rejoint ensuite le mouvement des jeunes socialistes (MJS). Puis, il obtient sa première victoire en 2006 en participant aux différentes manifestations contre le contrat première embauche. Devant un mouvement massif et quasiment sans précédent, le gouvernement de Dominique De Villepin avait été dans l’obligation d’abandonner cette réforme. A partir de ce moment là, la carrière d’Ali Rabeh va décoller. Le jeune homme va devenir le bras droit du porte-parole du PS: Benoît Hamon.

Ce dernier ne tarit pas d’éloge pour parler de ce trentenaire issu des quartiers populaires. Par ailleurs, depuis qu’ils se sont rencontrés, ces deux hommes politiques ne se quittent plus. Ali Rabeh a été son chef de cabinet à l’Économie sociale et solidaire, son conseiller spécial ainsi que son directeur de campagne. Il fait aussi parti de son mouvement Génération.s, un parti à gauche de l’échiquier politique.

A Trappes, ville qu’il affectionne particulièrement et où il a des engagements militants et associatifs depuis des années, Ali Rabeh a été élu maire en 2020. Un mandat qui s’arrêtera en 2026. Il succède à Guy Malandain…

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a proposé une "protection rapprochée" au professeur de philosophie de Trappes. Ce dernier l'a acceptée, en expliquant qu'il allait par ailleurs "quitter l'enseignement, mais pas forcément l'Education nationale".

BENOÎT HAMON ET GÉNÉRATION.S APPORTENT LEUR SOUTIEN À ALI RABEH, LE MAIRE DE LA VILLE

Aulnay Populaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article