ÉLECTIONS RÉGIONALES EN ILE DE FRANCE

Publié le par Aulnay Populaire (93)

ÉLECTIONS RÉGIONALES EN ILE DE FRANCE

En France, en deux trimestres, plus d’un million d’emplois ont littéralement été supprimés, deux cents mille en Ile-de-France selon les chiffres de l’INSEE. Le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté dépasse désormais les dix millions, avec une explosion du chômage et du RSA, parmi eux des jeunes particulièrement touchés, 700 000 d’entre-eux sortent de leurs formations initiales sans perspective d’emploi. 

Les TPE et PME sont fragilisées, il faut une rupture claire avec les logiques libérales, avec la domination des marchés, singulièrement de la finance, et faire grandir des objectifs politiques de conquêtes de droits et de pouvoirs nouveaux pour le monde du travail.

Il convient par conséquent d’intensifier la bataille idéologique en faveur de : 

LA SÉCURITÉ D'EMPLOI ET DE FORMATION : Le droit à la formation qualifiante et choisie doit être au cœur de la campagne des régionales, comme une exigence programmatique et de bataille politique. 

L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, LE LOGEMENT ET LA POLITIQUE DE TRANSPORTS : L’aménagement du territoire doit faire l’objet d’une prise en main démocratique associant citoyen.nes, associations et élu·es locaux·ales. Le nombre de demandeurs de logements sociaux (720 000) ne cesse d’augmenter, alors que l’offre de logements accessibles se réduitConjointement le nombre de mal-logés explose.

En effet, la construction de logements sociaux a connu une baisse historique des investissements par la Région et le parc locatif préexistant est laissé à l’abandon, avec 0€ investi pour son renouvellement en 2019. La région IDF a aussi cessé de verser les aides régionales pour la rénovation énergétique des logements. Les classes les moins aisées sont contraintes de vivre dans des passoires énergétiques, qui représentent des coupes drastiques dans leur pouvoir d’achat.

Les fonds de soutien régionaux à destination des Missions locales ont été réduits de 20 millions d’euros

Les élections régionales et départementales sont l’occasion de porter l’exigence d’une forte démocratisation des institutions publiques, dont la gestion devrait être transparente, et d’affirmer la capacité d’intervention des régions dans le domaine social et économique au service des populations.

LA SANTÉ, SOLIDARITÉ ET L'INSERTION DES JEUNES : la Région ne doit pas se contenter d’aides ponctuelles, mais mettre en œuvre des actions pérennes, comme la mise à disposition plus importante de logements pour les personnes en situation de grande précarité, expulsions, que les personnes en danger immédiat, comme les victimes de violences domestique tout au long de l’année.

La jeunesse oubliée. En France, on compte actuellement plus d’1,5 millions de jeunes en situation de pauvreté. La crise économique a des conséquences désastreuses sur le quotidien des jeunes et leurs conditions de vie à long terme : décrochage scolaire, perte d’emploi et de revenus, absence de perspectives. La Région, première financière des logements pour les jeunes, étudiants, apprentis ou salariés, doit se donner les moyens d’un plan de rénovation et de construction de logements confortables, aux loyers très accessibles, proches des transports, des lieux de travail et de formation.

La Région doit redoubler d’efforts pour le sport et la culture pour toutes et tous, en agissant pour l’inclusion de tous les publics, comme dans le sport en promouvant le handisport ou la pratique sportive féminine, sous représentée par rapport à celle des hommes.

La Région, avec la Chambre régionale d’agriculture, doit accompagner la transition vers un modèle agricole durable en favorisant une agriculture non intensive et éco-responsable, et en permettant aux agriculteurs d’accéder à des réseaux coopératifs pour privilégier les circuits courts et mieux rémunérer leur travail. Cela s’accompagne de la promotion d’une filière régionale d'approvisionnement des cantines de lycées, et toutes restaurations collectives, en produits issus de l'agriculture raisonnée ou biologiques.

LA CULTURE POUR UNE RÉGION ÉMANCIPATRICE : La pandémie a mis à mal toutes les activités culturelles si indispensables à la construction de chacun, il faut mettre en œuvre une politique culturelle, liant le soutien à la création, la diversification des publics et le développement des lieux culturels en particulier dans les quartiers populaires.

Mais pour ça ! il faut une politique de "gauche" et avec les citoyen·nes ?

Le premier constat est que la gauche n’est plus majoritaire en IDF. Le deuxième est que les élections régionales et départementales, sans un sursaut politique majeur d’ici les échéances, n’intéressent plus beaucoup nos concitoyen·nes, malgré l’importance des enjeux politiques sur la vie quotidienne. Ces deux constats sont liés, ce qui ne nous empêche pas de fixer une feuille de route.

Concrètement, le PCF peut jouer un rôle décisif à ces élections, en sortant des logiques d’effacement et de compromis de sommet, à la différence des appels que nous observons depuis plusieurs mois dans la presse, qui ne portent quasiment aucune exigence de contenus et se concentrent sur de simples appels à des soutiens de candidatures.

La France Insoumise souhaite une liste FI/PCF derrière Clémentine Autain, les socialistes disent la même chose en actant d’ores et déjà la candidature d’Audrey Pulvar. EELV a aussi déjà acté un accord avec Génération.s et est entré en campagne avec Julien Bayou.

Notre force dans le rassemblement de gauche Aulnaysienne : mobiliser très largement les habitants sur les contenus que nous aurons construits avec les Franciliens.

Aulnay Populaire

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article