Seine-Saint-Denis : Micro, commentateur showman de la CAN des quartiers à Aulnay

Publié le par Aulnay Populaire (93)

Aulnay-sous-Bois, lundi 10 août. Micro, qui préfère rester anonyme, est le commentateur officiel de la CAN des quartiers à Aulnay-sous-Bois

Aulnay-sous-Bois, lundi 10 août. Micro, qui préfère rester anonyme, est le commentateur officiel de la CAN des quartiers à Aulnay-sous-Bois

Ce mardi soir, jour de finale entre le Mali et le reste du monde, le trentenaire sera à son poste de commentateur, au bord du terrain en béton des 3000, pour faire vivre l’événement en direct sur les réseaux sociaux. Avec un style bien à lui.

Ce mardi, c'est jour de finale à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) avec la rencontre qui opposera, à 20 heures, le Mali à une sélection de joueurs du « reste du monde. » L'apothéose de la Coupe d'Aulnay des Nations, cette « CAN des quartiers » s'inspirant de la coupe d'Afrique et permettant à des habitants de la ville aux multiples nationalités de s'affronter sur un terrain de foot en béton du quartier des 3000.

Et s'il devrait y avoir du spectacle sur le terrain et dans les gradins, avec plusieurs centaines de supporters en feu, il y en aura aussi sur Internet grâce à la diffusion en direct des rencontres sur les réseaux sociaux. Et ce surtout grâce à une voix : celle de Micro, un habitant du quartier qui commente l'épreuve depuis sa petite tribune de presse.

Ou plutôt sa chaise haute, qui surplombe le terrain. « Une chaise de maître nageur ! » se marre celui qui préfère dissimuler son visage et son prénom. « Ici, tout le monde m'appelle Micro ! », clame le jeune homme de 32 ans d'origine marocaine.

Il est l'un des coorganisateurs de la compétition, mais aussi l'une de ses stars, au moins autant que les meilleurs footballeurs de l'épreuve, très suivie bien au-delà d'Aulnay-sous-Bois.

D'Omar da Fonseca à «Michel le désagréable»

Avec sa voix tendant vers la caricature du commentateur sportif, on s'y croirait. « Mesdames et messieurs bonsoir, que la paix soit avec vous. En arabophone, Salam aleykoum et bienvenue à la CAN à Aulnay-sous-Bois. Il fait très, très, chaud ce soir à la CAN. C'est la CAN… icule à Aulnay-sous-Bois. »

Quand Micro prend la parole, souvent, régulièrement, on rit. Le tout grâce à un savant mélange de commentaires à demi-sérieux, décalés et rythmés par de multiples jeux de mots. Showman, sans se prendre au sérieux, il régale aussi d'imitations —celle du commentateur argentin Omar da Fonseca tend vers la perfection— ou d'inventions de personnages, qui viennent intervenir en direct à l'antenne.

Exemple avec « Michel le désagréable », qui, la voix grave, vient se plaindre de l'événement en bon riverain en colère : « C'est totalement inadmissible et anticonstitutionnel, ce rassemblement intercommunautaire… » Micro reprend sa voix normale, le coupe, défend « sa » CAN, cette « union » des peuples, et revient sur le jeu.

«Beaucoup me disent qu'ils regardent le live seulement pour mes commentaires»

Et à chaque but, c'est l'enflammade, surtout en cas de rebondissements. « Monsieur et madame Tada ont un fils ! Comment s'appelle-t-il ? Il s'appelle Raymond ! La Raymond-tadaaaa ».

Comme n'importe quel match de l'équipe de France sur TF1, il n'oublie pas non plus la « question du match » et ses lots à gagner pour les internautes, qui se connectent par centaines et relaient ensuite ses meilleures punchlines. « C'est entre le stand-up et le commentariat (sic) !rigole-t-il. J'essaie de divertir les gens, de leur faire aime le foot mais c'est vrai que beaucoup de gens me disent qu'ils regardent le live sur Instagram seulement pour mes commentaires. »

«Les lives, pour lui, ce sont des shows»

Son ami Jeff, principal organisateur de la CAN avec son association Ajis (association pour les jeunes par l'insertion et la solidarité), résume : « On dit de la CAN que c'est du street foot, on pourrait dire de lui que c'est un street commentateur. Il sait choisir les mots pour faire rire le public, mais aussi raconter le match comme si c'était une histoire. Les lives, pour lui, ce sont des shows et je le trouve meilleur à chaque rencontre. »

Après plusieurs semaines de compétition, certains y ont tellement pris goût qu'ils imagineraient bien Micro sur une grande chaîne, pour commenter des rencontres de Ligue 1 ou de Ligue des champions. « Tout le monde me dit ça. Il y a même une pétition qui a tourné sur Snapchat pour que je devienne commentateur sur Bein (rires). Si l'occasion elle vient, bien sûr je la saisis ! Ce serait exceptionnel, mais je n'ai pas les contacts ! »

 

V.N.
V.N.  

Pour l'instant, le jeune trentenaire, qui travaille en indépendant dans le milieu de la communication (il intervient aussi en tant que community manager), se concentre sur son principal projet baptisé « Micro3ks », qui est également le nom de sa chaîne Instagram (3ks étant un diminutif de 3keus, le surnom du quartier des 3000.)

Un projet ou plutôt un concept : celui d'un micro qui tourne partout dans son quartier, dans sa ville et au-delà, donnant notamment la parole — et donc le micro — à tous, notamment de jeunes artistes.

Article le Parisien

Publié dans Informations locales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article