Des miettes lâchés par l'État pour l'aide à domicile

Publié le par Aulnay Populaire (93)

Des miettes lâchés par l'État pour l'aide à domicile

Ils sont 320.000 professionnels de l’aide à domicile en France à prétendre bénéficier de cette “prime Covid” avant Noël. L’Etat et les départements débloqueront chacun 80 millions d’euros, ce qui devrait permettre de distribuer en moyenne 500 euros aux professionnels du secteur, des femmes à 97%. 

Ce résultat est d'abord celui de la mobilisation. En effet dès le 23 juin avait dans une déclaration intitulée "Aides à domicile : le mépris ça suffit" la CGT avait appelé à la mobilisation en ces termes :

"La prime est non seulement versée de manière inégalitaire selon le département mais, aussi, selon le secteur ; au sein d’une même structure, l’aide-soignante pourra la percevoir alors que sa collègue, auxiliaire de vie, ne touchera rien. Une nouvelle fois, ce n’est pas acceptable !!!  Les salariées du secteur de l’aide et du maintien à domicile semblent les grandes oubliées de cette reconnaissance nationale alors qu’elles ont, avec compétence et malgré les risques sanitaires, poursuivi leur tâche auprès des personnes fragiles et dépendantes.
Si certains départements ont pris l’initiative de la verser, d’autres ne donnent aucun signe. L'absence de reconnaissance de ce travail pourtant indispensable nous parait inappropriée et un signal préjudiciable à leur engagement professionnel.  
Dans le secteur privé lucratif, les employeurs doivent aussi s’acquitter du versement de cette prime à l’ensemble des professionnels qui exercent les mêmes tâches que dans le public ou l’associatif.
Si la prime en soi n’est pas une revendication de la CGT, l’iniquité de son versement accentue le sentiment d’injustice préjudiciable tant pour les professionnels que les personnes accompagnées.
Pour la CGT, elle doit être allouée de manière universelle par professionnel, quels que soient les métiers et services, sur la base de 1 500 euros nets.
Cette présente demande est réalisée indépendamment des démarches nationales concernant la revalorisation des métiers et des secteurs d’activités sanitaires, sociaux et médico-sociaux avec une attente particulière de revalorisation salariale forte et cohérente pour tous ces professionnels qui, depuis trop longtemps, vivent une grande précarité et une politique de très bas salaires.  
Pour la CGT, la reconnaissance doit se traduire par de véritables augmentations de salaires pour tous les salariés, des créations massives d’emplois et l’amélioration des garanties collectives.
C’est pourquoi la CGT demande la création d’un grand service public de la santé et de l’action sociale intégrant l’aide et le maintien à domicile." 

Un petit bout de chemin vient d'être annoncé mais il apparait plus comme des miettes qu'une reconnaissance de la profession d'aide à domicile. Enfin qui la touchera ? et Quel sera son montant exact ?

Il y a encore besoin de pousser pour obtenir les 1500 € revendiqués et la clarté sur l'annonce qui risque d'être qu'un effet d'annonce. On joue plus, ça suffit !

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article