Août 2020 - ce qui change ou pas

Publié le par Aulnay Populaire (93)

Août 2020 - ce qui change ou pas

Pour le chômage : ce qui change : la baisse de la durée d'affiliation minimale de 6 à 4 mois

La durée d’affiliation minimale requise pour bénéficier de l’allocation chômage passe de 6 à 4 mois (retour à la situation d'avant le 1er novembre 2019) Cette mesure s’applique pour l’ensemble des demandeurs d’emploi dont la fin de contrat de travail intervient à compter du 1er août 2020 et jusqu’au 31 décembre 2020.

C’est la date de fin de contrat de travail (terme du préavis) qui est prise en compte, peu importe, pour les licenciements, si la procédure a été engagée avant la date de parution du décret.

Le passage de 6 à 4 mois s’applique aussi bien pour les ouvertures de droit à l’assurance chômage, au moment de l’inscription, mais aussi en cours d’indemnisation par Pôle emploi lors du rechargement (mécanisme introduit lors de la convention d'assurance chômage de 2017 permettant d'éviter des ruptures dans l'indemnisation).

Pas de rétroactivité de la mesure: un demandeur d’emploi qui a 4 mois d’affiliation mais dont la fin de contrat de travail est intervenue entre le 1er novembre 2019 et le 31 juillet 2020, ne pourra pas bénéficier d’allocations. Dès qu’il retravaille au moins une journée après le 31 juillet, il remplira les conditions pour bénéficier d’allocations.

A noter également la suppression de la taxe forfaitaire de 10 euros sur les CDD d'usage (à partir du 1er juillet 2020

  • Ce qui ne change pas

La période de recherche d’affiliation reste de 24 mois pour les salariés de moins de 53 ans, et 36 mois pour les salariés de 53 ans et plus. Exceptionnellement, suite à la crise sanitaire, ces périodes de 24 et 36 mois sont susceptibles d’être allongées jusqu’à 3 mois. Elles pourront aller jusqu’à 27 et 39 mois.

Les dispositions relatives à l’indemnisation des démissionnaires ayant un projet de reconversion professionnelle et des indépendants qui sont éligibles à l’Allocation des travailleurs indépendants (ATI) restent en vigueur selon les mêmes conditions.

  • Ce qui est reporté ou suspendu

La réforme du calcul du droit à l’ARE (allocation retour à l'emploi) est reportée au 1er janvier 2021. L’allocation chômage reste donc calculée selon les mêmes termes que ceux prévus par la convention d’assurance chômage de 2017.

Après avoir été neutralisée pendant toute la période de confinement (du 1er mars 2020 au 31 mai 2020), la suspension de la dégressivité est maintenue jusqu’au 31 décembre 2020. Par conséquent, la baisse de 30% des allocations chômage après 6 mois d’indemnisation ne s’appliquera pas aux demandeurs d'emploi indemnisés de moins de 57 ans, dont le montant de salaire brut utilisé pour calculer les droits est supérieur à 148,54 € / jour, soit 4 518 € / mois.

  • Pour le gaz et l'électricité

Les prix réglementés du gaz et de l’électricité grimpent, le taux du Livret A stagne, la prime à la casse diminue. Mais l’allocation de rentrée gagne 100 euros et les critères d’éligibilité de l’allocation-chômage s’assouplissent. 

Qui dit premier jour du mois dit, traditionnellement, tarifs en hausse ou en baisse et nouvelles mesures affectant le budget des ménages. Août 2020 ne déroge pas à la règle.

  • Electricité : une nouvelle augmentation des tarifs réglementés

Après une hausse de 2,4 % TTC au 1er février, les prix réglementés de l’électricité des clients résidentiels devraient augmenter de 1,54 % ce 1er août. 

C’est le mouvement tarifaire proposé par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) ; il prend en compte, principalement, « l’évolution annuelle des tarifs des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité ».

Si cette proposition est suivie, la hausse sera de 1,9 % pour les foyers ayant souscrit l’option « base » (prix du kWh identique, peu importent le jour et l’heure de consommation), de 1,4 % pour l’option « heures creuses », de 1,5 % pour l’option « tempo » et de 1,9 % avec l’option « effacement des jours de pointe », précise la CRE dans sa délibération du 2 juillet.

Fin décembre 2019, il y avait 23,9 millions de sites résidentiels abonnés à un tarif réglementé de l’électricité (74,3 %).

  • Les tarifs réglementés du gaz repartent à la hausse

Pour la première fois depuis décembre 2019, les tarifs réglementés du gaz, qui évoluent chaque mois, augmentent ce 1er août, de 1,3 % en moyenne, hors taxes.

Dans le détail, la hausse « est de 0,3 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,7 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 1,4 % pour les foyers qui se chauffent au gaz », indique la CRE.

  • Pour la voiture

La prime à la conversion pour les automobilistes a évolué. 

Pour tout achat d'un véhicule Crit'air 1 ou 2 vous recevrez désormais entre 1.500 et 3.000 euros (contre entre 3.000 et 5.000 euros auparavant). 

Pour un véhicule électrique ou hybride, vous pourrez recevoir entre 2.500 et 5.000 euros (contre 6.000 à 7.000 euros précédemment).

  • Le taux du Livret a d'Epargne ne change pas et reste fixé à 0.5%

 

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article