Les salariés d'Elior Services en colère poursuivent leur grève...

Publié le par aulnay populaire

Les salariés d'Elior Services en colère poursuivent leur grève...

Le mépris de la direction Elior Services est à son comble avec 3 malheureux centimes concédés après 4 jours de grève confie Amel Ben Rahma, déléguée CGT dans l'entreprise.. Jeudi 9 juillet, une quinzaine de salariés de l’entreprise de nettoyage sise à Chassieu dans le Rhône ont fait leur quatrième jour de grève.

0,03 €, c’est en effet le montant brut par heure travaillée que la direction a proposé en augmentation de leur salaire. Soit entre 4 et 5 € par mois. « Ils ont l’impression de faire un effort mais c’est dérisoire comparé à la réalité de notre travail, pointe du doigt Ratiba qui travaille à la maison d’arrêt de Corbas. On était obligé de travailler plus pour tout désinfecter correctement. On n’a pas voulu laisser tomber le site, on a décidé d’être courageux confie t-elle.

Les salariés revendiquent une augmentation de 300 € par mois, une prime de risque équivalente à celle donnée aux travailleurs des sites, ainsi qu’une prime Covid au même titre que les personnels soignants. Les techniciens de surface de la maison d’arrêt de Corbas réclament cette même prime, car ils ont « aussi nettoyé des blocs de soins là-bas », peste Ratiba.

Sur le site d’Elkem, à Saint-Fons, Bouchera Boumzebra dit avoir « travaillé deux semaines sans aucune protection ». Les salariés demandent un peu de reconnaissance et une prime de risque car ils travaillent autour de produits chimiques très dangereux.

La collecte à la porte vendredi matin a ramené 320 euros. Des billets de 20, 10 ou 5 euros. La solidarité ouvrière ça compte.

Le patron refuse de payer les jours de grève mais annonce que le salaire de juillet sera complété sous forme de prime journalière.

 

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article