CORONAVIRUS. TESTS PCR POUR TOUS, UNE STRATÉGIE DANGEREUSE

Publié le par Aulnay Populaire (93)

CORONAVIRUS. TESTS PCR POUR TOUS, UNE STRATÉGIE DANGEREUSE

Les biologistes médicaux et médecins généralistes alertent sur les risques de dépistages incontrôlés et sans pertinence.

Avec l’arrêté publié le 24 juillet, tout le monde peut désormais se faire dépister par test PCR Covid (dans le nez), sans présenter de symptômes et sans ordonnance, tout en étant pris en charge par l’assurance-maladie. Conséquences : depuis quelques jours, les files d’attente s’allongent devant les labos, notamment dans les villes où ont été distribués des bons de prescription à la population, incitant ainsi à se faire dépister même sans symptômes apparents. Et bien que davantage de personnels aient été autorisés à prélever, « le nombre de demandes de tests PCR auprès des laboratoires de biologie médicale augmente de semaine en semaine et ceux-ci se retrouvent saturés avec des délais de rendu de résultats qui s’allongent », constate le Syndicat des jeunes biologistes médicaux (SJBM). Pour son président, Lionel Barrand, « dépister sans raisons médicales des personnes ne présentant aucun symptôme et n’ayant pas été en contact avec un malade du Covid n’est pas raisonnable ».

Pire : en adressant des bons de prescription sans concertation avec les laboratoires pharmaceutiques, l’État met des bâtons dans les roues de ces derniers. « Plutôt que de chercher une aiguille dans une botte de foin avec des campagnes de dépistage massives et des PCR gratuits sans ordonnance pour tout un chacun, il aurait été beaucoup plus judicieux de cibler et prioriser les personnes à risque afin de briser les chaînes de transmission »,poursuit le président du SJBM. Il rappelle qu’une personne asymptomatique peut être testée négative un jour et positive le lendemain. « La fenêtre de tir de la PCR est très courte, ce n’est pas une sérologie », explique-t-il. Et de déplorer, par ailleurs, le manque de réactivité du gouvernement, qui n’a pas su imposer aux autres pays dès le 1er juillet des tests PCR pour tous les passagers se rendant en France. « J’ai l’impression qu’une fois de plus l’État a pris une décision plutôt par affichage que par intérêt de santé publique », regrette Lionel Barrand.

Même son de cloche du côté de MG France. Le syndicat des médecins généralistes estime en outre que « l’obligation de porter un masque dans les espaces publics fermés a trop tardé » et regrette que « la priorité soit donnée par le gouvernement au nombre absolu de tests réalisés plutôt qu’à leur pertinence ». Le syndicat fait état de nombreux témoignages de patients symptomatiques ou ayant été en contact avec des malades du Covid qui attendent plusieurs jours la réalisation ou le résultat du test PCR prescrit par leur médecin traitant. Un retard « inadmissible », dû à l’embouteillage des circuits de soins par des personnes se présentant dans les labos pour des tests de convenance personnelle. Résultat : « Les cas diagnostiqués tardent à être confirmés, les enquêtes de contact tracing ne peuvent être lancées à temps et la diffusion du virus est facilitée. » Cette absence de stratégie, où les tests à visée diagnostique ne sont pas priorisés chez les patients suspectés de Convid, conduit « à laisser se développer des foyers d’infection et favorise la reprise de l’épidémie », alerte MG France.

Faute d’une stratégie de dépistage claire donnée par les autorités, les syndicats de professionnels en appellent au bon sens de la population française et à ne venir se faire dépister qu’en cas de risque : symptômes, cas contact ou retour de pays endémique. Que du bon sens.

 

Nadège Dubessay pour l'Humanité

Publié dans Prévention Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article